1 an de partenariat avec Selectra, ça ne s’oublie pas !

CL Référencement est fier de vous annoncer son anniversaire avec la société Selectra !

1-an-selectra-seo

1 an de partenariat avec Selectra, c'est :

  • Plus de 90 textes rédigés
  • Des centaines de lignes de code
  • Des dizaine d'images d'illustration
  • Des centaines de mots-clés intégrés

Mais aussi et surtout des milliers d’heures passées à relire et corriger les articles pour les rendre parfaits !

Et parce que des chiffres ne suffisent pas, j’ai également demandé à Laurianne, responsable du contenu Assurance de nous donner son avis sur mon travail :

Dans le but de développer le pôle assurance de Selectra, j'ai fait appel à divers freelances il y a environ un an, dont Corinne. Depuis, Corinne a rédigé de près d'une centaine d'articles pour Selectra, adaptés au SEO et à notre charte éditoriale. Elle a su aussi bien rédiger des articles classiques comme des articles d'expert aux sujets pointus ou encore des comparatifs qui demandent rigueur et organisation. Très conciliante, accessible et expérimentée, Corinne est une professionnelle que je recommande. Je compte d'ailleurs lui confier de nouveaux articles pour un nouveau secteur sur lequel nous nous lançons.

Un grand merci à Selectra pour leur confiance et me permettre de continuer l'aventure avec de nouveaux challenges !

L’Index Mobile First, qu’est-ce que c’est ?

Annoncé pour 2018, le nouvel index Mobile First de Google a commencé son déploiement sur quelques sites. La transition sera a priori très lente, mais elle aura bel et bien lieu. Il est donc grand temps de s’y préparer. Pour cela, suivez mes conseils.

Pourquoi un Index Mobile First ?

Le 4 novembre 2016, Google a officialisé le lancement de l’index mobile first : un seul et unique index qui privilégiera le contenu mobile des sites. Les sites web seront référencés non plus en fonction de leur version desktop (bureau) mais en fonction de leur version mobile. Désormais, il faudra donc considérer cette dernière comme la version principale et la version desktop comme alternative.

En 2018, l’usage mondial d’Internet tend à devenir plus important depuis les smartphones que depuis les ordinateurs fixes. Cette petite révolution était donc devenue nécessaire, pour plus de pertinence dans les réponses aux recherches mobiles.

Comment préparer votre site pour l’indexation mobile first ?

A l’heure actuelle, le déploiement de l’index mobile first a commencé mais celui-ci devrait prendre du temps. Cette transition se fera progressivement car Google souhaite s’assurer que chaque site est prêt. Aucune échéance n’a pour l’heure été communiquée pour cette mise en œuvre.

Index First mobile

Quelques conseils pour vous assurer qu’un site est prêt pour l’indexation Mobile-First :

  • Avoir un site responsive : le responsive web design offre une expérience utilisateur optimale quelques soit l’appareil utilisé. 1 seul site, 1 url unique, pour desktop ou pour mobile.
  • Le contenu proposé sur la version mobile de votre site web doit être identique à celle que vous proposez sur ordinateur. Ce doit être un contenu de qualité, avec texte, images référencées, vidéos …
  • Les données structurées doivent figurer à la fois sur la version mobile et la version desktop (bureau) du site. Elles sont importantes pour l’indexation et les fonctionnalités de recherche.
  • Les métadonnées doivent être présentes sur les deux versions du site. Celles-ci fournissent des informations essentielles sur le contenu d’une page pour son indexation. Vérifiez également que les titres, les balises meta description et les annotations « hreflang » sont les mêmes sur les deux versions des pages de votre site.
  • Assurez-vous que les serveurs qui hébergent le site ont assez de capacité pour gérer l’augmentation potentielle de la fréquence d’exploration. Cela n’affecte pas les sites qui utilisent le Responsive Web Design, uniquement ceux pour lesquels la version pour mobile est hébergée sur un hôte différent.
  • Utilisez l’outil de test du fichier robots.txt afin de vérifier que Googlebot peut accéder à votre version pour mobile.

A noter : si vous possédez un site et n’avez validé que sa version pour ordinateur dans la Search Console, pensez à y ajouter votre version pour mobile.

Il est toutefois possible de savoir si un site a déjà basculé vers l’index mobile-first. Comment ?

En étudiant les fichiers logs (un fichier texte généré par un serveur web qui liste chronologiquement les événements exécutés) du serveur web qui correspondent aux visites de Googlebot.
Ainsi, si vous remarquez que 80 % de votre site a été crawlé (visité) par les robots d’indexation mobile et seulement 20 % par Googlebot desktop, vous pouvez estimer que celui-ci est passé dans l’Index Mobile First.

Association de Google avec WordPress : quels changements ?

Les deux géants Google et WordPress se sont associés afin d’améliorer les performances du CMS le plus utilisé au monde, notamment concernant l’expérience mobile. Google recrute actuellement des experts pour la mise en place rapide de la nouvelle plateforme.

Vitesse et expérience mobile : les chevaux de bataille de Google

En décembre dernier, Google a participé au WordCamp US, le plus grand événement pour développeurs WordPress organisé aux Etats-Unis. Interrogé sur les intentions de Google quant à la récente collaboration avec WordPress, Alberto Medina, Developer Advocate dans l’équipe Content Ecosystems de l’entreprise américaine, a déclaré :

Notre objectif était de dialoguer avec la communauté WordPress et d’entamer une discussion sur les performances du CMS WordPress.
Lors de l’événement, Google a partagé des données dans une présentation qui démontre un problème fondamental du CMS WordPress : sa piètre performance sur les mesures de la vitesse et du chargement de la page comme indicateurs clés par rapport aux sites qui ne sont pas propulsés par WordPress.

Ce n’est plus un secret pour personne : les sites lents et non performants entraînent une mauvaise expérience utilisateur et un impact négatif sur l’engagement du site, ainsi que sur les conversions. Voilà pourquoi, depuis plusieurs années déjà, Google mise tout sur la vitesse de chargement et le mobile :

  • Projet AMP : lancé en 2015, ce format d’encodage de page web vise à accélérer la vitesse de chargement des pages web consultées via smartphone. Depuis, Google a mis en place une stratégie agressive visant à faire adopter le format AMP à la communauté WordPress, en créant notamment des plugins plus ou moins performants.
  • L’Index Mobile First : présenté en novembre 2016, il a pour but de référencer les sites web non plus en fonction de leur version desktop (bureau) mais en fonction de leur version mobile

vitesse-mobile-amp

Plus récemment, il a officiellement annoncé le lancement du projet Speed Update à partir de Juillet 2018 : la vitesse de chargement du contenu sera un facteur de classement dans les résultats de recherche mobile.

Google-Wordpress : un partenariat stratégique

Avec une part de marché de près de 60%, WordPress, un logiciel Open-source CMS (Content Management System ou Système de Gestion de Contenu), représente presque 30% des sites web mondiaux en 2018.

wordpress-cms

Quand on sait que Google a investi fortement ces dernières années dans le façonnage d’un web sain et vivant et que l’on connaît les difficultés de WordPress en matière de code, de sécurité et de performance, il est logique que le géant américain veuille améliorer le CMS et ainsi pouvoir atteindre ses objectifs de rapidité et performance.

Quels impacts pour la nouvelle plateforme WordPress ?

Non contente d’améliorer les performances du CMS, il semblerait que Google se concentre également sur la mise en œuvre rapide de l’écosystème de WordPress via des technologies de pointe telles que les Progressive Web Apps (des applications web qui sont des pages web ou des sites web mais pouvant apparaître à l’utilisateur de la même manière que les applications natives ou les applications mobiles).

Ce qu’a confirmé Alberto Medina sur son blog personnel :

Notre vision de WordPress couvre beaucoup de travail passionnant à travers toute la largeur de l’écosystème de WordPress : en collaborant sur le core (noyau) de WordPress, en développant des thèmes, des plugins, et des outils et une infrastructure sur mesure pour WordPress, et en s’engageant avec la communauté plus large des éditeurs de WordPress.

Le message de Google est clair : son objectif à long terme est d’inclure l’AMP (ou une fonctionnalité de type AMP) dans le noyau WordPress.

Tous les utilisateurs de WordPress devront, par conséquent, utiliser un plugin pour implanter le format AMP.

Comment écrire tout en améliorant l’expérience de vos utilisateurs ?

La majeure partie des individus ayant une page web, professionnels ou particuliers, pensent que leurs contenus Web n’a que pour unique l’amélioration du positionnement de leurs sites sur les moteurs de recherche.

Cependant, pour toute page web, optimiser du contenu peut servir non seulement à donner de la force à son positionnement mais aussi à améliorer l’expérience client.

L’expérience client correspond à l’ensemble des émotions et sentiments ressentis par un client avant, pendant et après l’achat d’un produit ou service. C’est le résultat de l’ensemble des interactions qu’un client peut avoir avec la marque ou l’entreprise.

Dans cet article, nous ciblons davantage l’expérience du client on-line.

Lorsque la création du contenu web est orientée vers l’utilisateur, l’objectif principal est de transmettre de manière claire et détaillée ce qu’offre la page web, comment le client peut y accéder et apporter du contenu d’intérêt.

Le contenu doit être en accord avec l’image de marque et les valeurs de l’entreprise. Si l’expérience se révèle être satisfaisante, l’utilisateur développera un sentiment de fiabilité et de loyauté envers l’entreprise, le produit ou même la communauté. D’où la grande importance de savoir comment écrire dans l’optique d’améliorer l’expérience de vos clients.

Comment lisent les utilisateurs ?

Les utilisateurs de contenu digital n’ont pas l’habitude de lire mais plutôt de scanner les données de la page web en recherchant les informations qui les intéressent. Il suffit de 4 secondes pour qu’un individu détermine si le contenu d’un site l’intéresse suffisamment pour continuer de le visiter.

Jacob Nielsen, un spécialiste de l’ergonomie informatique et de l’utilisabilité des sites internet a déterminé qu’une fois que les individus lisent les 100 premiers mots d’une page, seulement 4,4 secondes sont dédiées par tranches de 100 mots.

Grâce à une étude basée sur l’Eye-tracking, il est aussi arrivé à la conclusion que les clients lisent le contenu en suivant un modèle de lecture en forme de F.

Selon cette théorie, les individus ont tendance à faire attention aux premières phrases des premiers paragraphes, titres, sous-titres et aux premiers mots de chaque ligne.

En résumé, créer du contenu web orienté vers le client est devenu une chose essentielle pour toute organisation ayant une présence en ligne et désirant attirer, conserver et faire croître le numéro de visiteurs sur leurs pages web.

Comment écrire ?

Pour rédiger du contenu facilement “scannable” par les clients et surtout, qui suscite l’intérêt et l’attention suffisante pour être lus, il faut prendre en compte différents facteurs.

Faire attention aux premiers instants.

Les premières secondes passées sur un site sont cruciales pour les clients. C’est la raison pour laquelle le premier élément à prendre en compte est le détail de votre landing page, ce que vous offrez. Pour cela, vous devrez :

  • Établir votre marque et identifier votre site web,
  • Définir le ton de votre page,
  • Instaurer clairement la thématique et résumer ce que les clients peuvent y trouver,
  • Faciliter l’accès aux clients par la réalisation des tâches de manière rapide,
  • Faciliter l’étape de scannage de la page en utilisant caractère gras, listes, tableaux et autres liens,
  • Aider l’utilisateur à atteindre son objectif sur la page sans obstacles.

Utilisez des listes et des tableaux.

Le responsable du site web se doit de structurer l’information afin de faciliter son assimilation et une comparaison pour l’utilisateur.

Les liens.

La présence de liens internes ou externes sur votre page doit être bien pensée. Les liens doivent être insérés de manière correcte : le texte doit être clair afin de comprendre vers où sera redirigé l’utilisateur qui y clique.

Titres cours avec des informations pertinentes.

Les titres, (en général mais particulièrement sur votre page web), doivent permettre de distinguer grâce aux trois premiers mots le contenu de son contenu. Si vos informations doivent être structurées, il est recommandable d’insérer dans le contenu des sous-titres et des parties pour les identifier. Veillez à ne pas mettre plus de deux niveaux de titres/sous titres afin de ne pas créer de confusion quand à la structure du contenu pour le client.

Soigner la présentation du contenu.

Le contenu doit occuper la totalité de l’espace afin de faciliter sa lecture et prendre en compte différents éléments visuels :

  • Police Sans Serif
  • La taille de la police doit être lisible (12pt minimum, 14pt recommandé) avec une interligne convenable (entre 120 et 140%)
  • Étudier le contraste entre la couleur du texte et le fond pour optimiser la lisibilité
  • Ne pas souligner les texte si ce ne sont pas des liens
  • Minimiser l’usage des majuscules

Utilisation d’images.

L’ajout d’images à un contenu apporte de l’information visuelle et aide à la compréhension tout en offrant de la crédibilité. Les images doivent être de taille adéquate, avec une bonne résolution et non animées pour éviter les distractions de la lecture.

Contenus effectifs.

Pour créer du contenu effectif, autrement dit, du contenu ayant réellement du sens pour vos visiteurs, il faudra prendre en compte divers éléments :

  • Vous devrez être clair et direct. Pour donner des conseils, on recommande d’utiliser une voix active alors que pour les titres la recommandations est plus à la voix passive. Étudiez bien le langage à utiliser en prenant en compte la typologie de vos clients, les différences culturelles, les différents canaux digitaux…
  • Dans les paragraphes, vous devrez apporter l’information strictement nécessaire. Il est conseillé d’attribuer une unique idée par paragraphe et un concept à une unique phrase.
  • Pour réduire la taille d’un texte, vous pouvez rediriger les visiteurs vers une page contenant l’information développée grâce à des liens internes ou externes.
  • Employez aussi, un style de rédaction en forme de pyramide inversée : pour cela, il faut apporter l’information la plus importante dans le début de l’écrit et ensuite laisser la liberté au client de continuer sa lecture sur la thématique qui l’intéresse.

Conclusion

Rendre heureux les clients, les fidéliser et les transformer en ambassadeurs sont, en 2018, les nouveaux objectifs phares des entreprises. L’expérience client est désormais considérée comme le déterminant principal du succès des entreprises et différentes actions sont possibles pour améliorer l’expérience clients sur le Web.

Au-delà d’aider à améliorer votre positionnement SEO, votre contenu, et particulièrement la manière de l’écrire, pourra influencer (positivement ou négativement) l’expérience de vos clients.

Quand vous essayez de prendre une décision importante, et que vous êtes divisé, demandez-vous : si le client était là, qu’est-ce qu’il dirait ?

Dharmesh Shah

 

Article écrit par Amélie Latourelle, Responsable du Marketing et de la Communication de l’entreprise Fonvirtual.com, entreprise spécialisée dans la commercialisation de standards virtuels, de numéros virtuels, et de télécommunications d’entreprise

Les parts de marché des moteurs de recherche dans le monde

Nous le savons, c’est le géant Google qui domine le monde des moteurs de recherche. Et il bénéficie également d’une position dominante en France comme dans la majorité des pays. Quelles sont les parts de marché de Google ? Comment les nouveaux moteurs de recherche arrivent-ils à se faire une place ? Petit aperçu des parts de marché des moteurs de recherche dans le monde en 2018.

Google : numéro 1 des moteurs de recherche dans le monde

part marché moteurs de recherche 2018 google
Parts de marché des moteurs de recherche dans le monde entier selon StatCounter (07/2017)

Google reste, en 2018, le premier moteur de recherche utilisé dans le monde.

Seuls 2 pays font figure d’exception à la règle : la Russie (Yandex) et la Chine (Baidu).
L’on constate que le mastodonte Google « écrase » ses concurrents Bing, Yahoo!, Baidu, Yandex et DuckDuckGo ou encore les moins connus Haosou, Shenma, Mail.ru, Naver, Soguo Search, Ask Jeeves, AOL, Daum et Seznam.

Tableau récapitulatif des parts de marché des moteurs de recherche dans le monde entier :

google, classement google, classement moteurs de recherche, google moteur de recherche


Autres

91,8 %

2,7 %

1,7 %

1,6 %

1,6 %

0,6 %

Le classement des moteurs de recherche en France

En France, de nombreux moteurs de recherche alternatifs essaient de se tailler une part du gâteau. Néanmoins, ceux-ci restent encore largement minoritaires.

google, classement google, classement moteurs de recherche, google moteur de recherche

90,63 %

5,2 %

2,52 %

0,96 %

0,57 %

0,04 %

Si Google reste en position de quasi-monopole, on s’aperçoit tout de même d’une tendance à la baisse. Le géant américain perd lentement des parts de marché au profit d’autres moteurs de recherche comme Bing notamment :

evolution marché moteurs de recherche, marché moteur de recherche, evolution moteurs de recherche
Evolution des parts de marché des moteurs de recherche en France entre Mai 2016 et Mai 2017

Le classement des moteurs de recherche aux Etats-Unis

Même si Google est le leader incontestable du marché américain, la tendance actuelle montre que ses principaux concurrents, Bing et Yahoo, grignotent de plus en plus de parts de marché, notamment grâce à un accord de partenariat.

Les autres challengers sont AOL, DuckDuckGo et Ask Jeeves. D’autres se partagent d’infimes miettes : Baidu, Dogpile, Webcrawler ou Yandex.

 

google, classement google, classement moteurs de recherche, google moteur de recherche


Autres

88,6 %

7 %

3,4 %

0,7 %

0,4 %

Le classement des moteurs de recherche en Chine

En Chine, Google est écrasé par le leader chinois Baidu qui détient à lui seul plus de 78% des parts de marché devant Shenma (8,18%), Haosou (7,99%) et Soguo Search (1,81%). Google arrive seulement en 5ème position avec moins de 2% des parts de marché en Chine.

 


Haosou

google, classement google, classement moteurs de recherche, google moteur de recherche

78,76 %

8,18 %

7,99 %

1,81 %

1,63 %

Le classement des moteurs de recherche en Corée du Sud

En Corée du Sud, trois moteurs de recherche se partagent le marché : Google (65,22%), Naver (26,24%) et Daum (5,95%). Naver est le portail web le plus visité en Corée du Sud, et donc également le deuxième moteur de recherche le plus utilisé par les Sud-Coréens en 2018.

En conclusion, à l’instar de la France, Google détient le monopole du marché des moteurs de recherche dans le monde entier. Cependant, on note dans plusieurs pays une tendance des concurrents, notamment Bing, à gagner des parts de marché. Un phénomène à surveiller de près pour les prochaines années à venir …

Allongement des meta description : quel impact sur le référencement naturel ?

Début décembre 2017, Google annonçait que la limite de caractères de la balise meta-description passait de 160 à environ 320 caractères. Quelles conséquences pour votre SEO ? Quelles sont les actions à mettre en place pour vous mettre à jour rapidement et toujours optimiser votre référencement ?

Qu’est-ce-que la balise meta description ?

La balise meta description d’une page web désigne la balise meta qui s’affiche sur les SERP (=pages de résultats) d’un moteur de recherche. Composée de seulement quelques mots, celle-ci sert à décrire le contenu de la page web, ce qui est très utile pour les internautes et le référencement web.

Quel est le lien entre la balise meta description et SEO ?

clic référencement nature, clic seo, générer clic seo, générer clic référencement naturel Historiquement, les balises meta description étaient utilisées par les moteurs de recherche (comme Google ou Yahoo) pour repérer les mots-clés les plus importants de la page.
Mais suite à des abus d’optimisation SEO, le contenu de cette balise n’est plus pris en compte par les moteurs actuels dans leurs algorithmes de pertinence. Le contenu n’a donc plus aucune incidence sur le positionnement de vos pages.

Attention toutefois à ne pas négliger la rédaction de cette balise meta description car c’est elle qui incitera au clic. Insérez-y donc :

  • 1 ou 2 mots clés afin que ceux-ci apparaissent en gras lorsqu’ils correspondent à une recherche utilisateur. Cela donne une indication à l’internaute sur la correspondance entre ce qu’il recherche et le contenu de la page
  • Un sujet, un verbe, un complément
  • Du contenu unique pour chaque page, Google n’apprécie pas le duplicate content

Quels impacts pour votre SEO ?

Une récente étude de SISTRIX a révélé que depuis début décembre 2017, plus de la moitié des résultats comportent 3 à 4 lignes, au lieu de 2 auparavant.

Il y a donc un grand intérêt pour vous et votre site à ce que vous passiez vos balises de description à 300 caractères.
Même si le passage de 150 à 300 caractères de la balise meta description paraît anodin, cela comporte forcément des conséquences sur une partie de l’algorithme, et donc sur la manière d’indexer les pages de résultats.

schéma meta description, meta description

Une baisse de votre position dans les SERP

Des balises meta description allongées feront mécaniquement descendre les résultats suivants.

Ainsi, si vous vous trouviez bien placé dans la SERP pour une requête donnée avant le passage à 300 caractères, cela ne sera plus forcément le cas si les concurrents qui vous précèdent utilisent des balises meta description d’au moins 300 caractères.

Vous passez alors sous la ligne de flottaison et cela obligera l’internaute à scroller pour pouvoir commencer à vous voir.

Le triangle d’or et la première position sur votre requête d’activité vont donc être encore plus concurrentiels qu’auparavant.

tirangle d'or référencement naturel seo, triangle d'or seo, triangle d'or référencement naturel

De nouveaux objectifs pour la meta description

Plus d’espace signifie également plus d’informations à communiquer. Vous devez donc veiller à répondre à un maximum de questions que peut se poser l’internaute avec vos 300 caractères.
Il y a  ainsi de fortes chances pour que Google considère votre site comme descriptif et utile et remonte votre site dans la SERP.

Attention cependant à ne pas tomber dans le piège d’en dire trop ou de surcharger le contenu en mots-clés.

Cependant, que ce soit avec 150 ou 300 caractères, cette balise devra toujours :

  1. Informer suffisamment sur le contenu proposé par la page
  2. Inciter au clic au travers d’une accroche cohérente avec le contenu de la page

Quelles actions concrètes pour votre site web ?

Une chose est sûre : toutes les balises meta description qui étaient optimisées pour 150 caractères sont à retravailler. Toutefois, vous pouvez prioriser les pages que vous souhaitez optimiser afin de ne pas repasser sur l’ensemble des pages de votre site.

Comment dresser la liste de mes pages prioritaires ?

Le plus simple consiste à identifier les pages les plus importantes en fonction de différents critères : position dans les SERP, nombre de visites, nombres de leads générés (=contacts commerciaux), le nombre de clients …

Vous allez ensuite pouvoir établir la liste des page à retravailler, comme par exemple :

  • Les 20 pages les mieux positionnées
  • Les 20 pages qui incitent le plus au clic
  • Les 20 pages qui génèrent le plus de leads
  • Les 20 pages qui ont générés le plus de ventes ou de nouveaux clients

Comment puis-je travailler le SEO de mes pages prioritaires ?

Vous n’avez pas à respecter obligatoirement les 320 caractères puisque la meta description peut comprendre entre 260 et 320.
Le principal reste comme d’habitude non pas la quantité mais la qualité.

Une meta description décrivant le contenu de votre page et qui incite au clic sera acceptée par Google.

Dois-je optimiser les autres pages ?

WordPress ainsi que d’autres CMS proposent un plugin de type Yoast SEO grâce auquel vous pouvez adapter la longueur de votre meta description. Vous pouvez les utiliser pour améliorer le contenu de vos pages de seconde zone de façon plus rapide.

 

En conclusion, même si l’allongement de la meta description n’est pas une révolution en soit, il est clair qu’elle a des répercussions sur le SEO. Google privilégie de plus en plus les sites présentant une excellente expérience utilisateur.

Optimisez donc vos balises meta description pour conserver votre place dans les SERP 😉

optimisation-referencement-naturel-seo

Les 5 points à retenir pour votre SEO en 2018

Maintenant que nous avons entamé l’année 2018, il est temps de s’attarder sur les nouvelles tendances de cette année.
Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y a eu du changement !
Cinq informations importantes à connaître pour le référencement naturel de votre site. Décryptage !

L’arrivée de l’index mobile first


Présenté en novembre 2016, l’Index Mobile First a pour but de référencer les sites web non plus en fonction de leur version desktop (bureau) mais en fonction de leur version mobile.
Ce qui veut dire que Google s’appuiera désormais sur le contenu d’un site web sur appareil mobile pour classer les résultats, y compris les résultats qui s’affichent sur l’ordinateur de bureau.
Le déploiement de cette solution a commencé mais va prendre du temps. En effet, Google souhaite s’assurer que chaque site est prêt à la transition et va donc laisser les propriétaires de site s’adapter à la nouvelle règle.
John Mueller, porte-parole SEO de Google, a expliqué comment les experts en référencement naturel peuvent identifier un site qui ayant passé la transition :

Je pense que vous le reconnaîtrez certainement dans vos fichiers de log. Si vous regardez maintenant, probablement que quelque chose comme 80 % du crawl est effectué avec le Googlebot Desktop et peut être que 20 % est réalisé en mobile avec le Googlebot pour smartphone.
Sans doute que cela va évoluer avec le temps, que la plupart des crawls seront fait avec le Googlebot pour smartphone et que beaucoup moins seront fait avec le Googlebot desktop.
Donc si vous aimez vraiment surveiller vos fichiers de log, vous l’avez probablement déjà clairement remarqué.

Qu’est-ce que ça veut dire que tous ces termes incompréhensibles ?

Un fichier log est un fichier texte généré par un serveur web qui liste chronologiquement les événements exécutés.
On retrouve dans ce fichier des informations telles que la date et l’heure précise d’une requête effectuée, l’adresse IP du user-agent (le demandeur), la page demandée, les visites de Googlebot …
L’analyse de logs est actuellement le seul moyen d’étudier le comportement des robots d’indexation, donc de savoir ce que Google voit sur votre site.

Selon la théorie évoquée par John Mueller  si vous remarquez que 80 % de votre site a été crawlé (visité) par les robots d’indexation mobile et seulement 20 % par Googlebot desktop, vous pouvez estimer que celui-ci est passé dans l’Index mobile first.

Comment se préparer à l’Index Mobile First ?

Deux éléments sont indispensables (selon Google) pour être en conformité avec cette norme :

  • Disposer d’un site responsive, c’est-à-dire avec un design adapté pour les mobiles. La plupart des sites web d’aujourd’hui le sont.
  • Le contenu proposé sur la version mobile de votre site web doit être identique à celle que vous proposez sur ordinateur.

L’AMP (Accelerated Mobile Pages) : nouvelles règles


Dans sa volonté d’améliorer l’expérience utilisateur, Google a lancé, en 2015 AMP qui est un format d’encodage de page web visant à accélérer la vitesse de chargement des pages web consultées via smartphone et diminuant, par conséquent, le taux de rebond.

Jusque-là, certains sites détournaient l’usage d’AMP pour ne fournir qu’une partie limitée du contenu mobile et rediriger les internautes vers le site classique. C’est maintenant de l’histoire ancienne puisque Google va pénaliser les mauvaises utilisations d’AMP dès 2018 en réduisant la visibilité des sites concernés !

Google Search Console : il se refait une beauté pour 2018 !


Cet outil permettant aux webmasters de s’assurer de la bonne santé de leurs site web bénéficie d’un coup de jeune afin de faciliter le partage des rapports au sein des organisations et de passer à une solution plus centrée sur les problèmes des sites.

Ce qui va changer :

  • Le rapport sur les performances : il prend désormais en compte, pour l’analyse des recherches, les données sur 16 mois. Vous aurez également la possibilité de réaliser des analyses en comparant des données sur des périodes personnalisées.
  • Le rapport de couverture de l’index : plus interactif, il permet de repérer plus facilement les problèmes d’indexation. Google identifie les pages non indexées et explique la raison de cette non-indexation.
  • Le rapport d’état AMP.
  • Le suivi des erreurs par sitemap.
  • Une fonction de partage de rapport.

Ce qui ne change pas :

  • La taille des rapports (1 000 lignes).
  • Le temps de réactivité des rapports.
  • Aucun filtre particulier envisagé pour suivre les requêtes vocales.

A noter : les deux versions de la Search Console vont coexister jusqu’à ce que toutes les fonctionnalités de la nouvelle version soient opérationnelles.

HTTPS : plus aucun site ne va y échapper


Comme évoqué dans mon article SEO : les idées reçues, la présence du protocole HTTPS est un critère de pertinence pris en compte dans l’algorithme de Google.
La plupart des webmasters semblent l’avoir bien compris puisque, d’après Let’s Encrypt, presque 60% des pages chargées sur le navigateur web Firefox fonctionnent en HTTPS, avec une croissance continue.

La tendance devrait s’accentuer en 2018. Ainsi, si vous ne sécurisez pas votre site, cela risque d’avoir à terme un impact négatif sur votre positionnement.

OK Google : la recherche vocale du futur


Et un futur pas si lointain que ça puisqu’il s’agit de LA tendance de cette année 2018 !
Avec l’utilisation croissante des appareils utilisant la reconnaissance vocale (tablettes, smartphones, enceintes vocales connectées…), nul doute que la recherche vocale va s’imposer comme la norme dans les années à venir.

Pourquoi déjà se positionner sur la recherche vocale ?

Parce que selon le site Search Engine Watch, les requêtes vocales sur Google ont été multipliées par 35 par rapport à 2008 et qu’il est prévu que la moitié des recherches soient effectuées par ce biais d’ici 2020.

Que faire pour optimiser le référencement d’un site pour la recherche vocale ?

Voici quelques conseils vous permettant de vous adapter à ce nouveau système de requête :

  • Optimiser votre contenu sur des expressions liées au langage oral (davantage de phrases complètes et complexes, positionnement sur les longues traînes …).
  • Développer votre visibilité web locale en privilégiant les expressions géo-localisées.
  • Utiliser les données enrichies pour aider Google à mieux comprendre votre site.
  • Accentuer votre stratégie de création de contenus audios et vidéos.

En résumé, proposez du contenu axé davantage sur le parler que l’écrit, qui était jusqu’ici la norme.

N’oublions pas, les fondamentaux, qui sont toujours d’actualité :

  • Un site bien conçu pour une navigation aisée
  • Des contenus uniques et de qualité
  • Des backlinks pertinents.

Prenez en compte chacun de ces paramètres et votre visibilité ne s’en portera que mieux en 2018 !

SEO : les idées reçues

S’il y a bien un domaine pour lequel les idées reçues sont légion, c’est bien le SEO.

Et pour cause !

Les algorithmes de Google changent à une si grande fréquence qu’il devient difficile, même pour les référenceurs, de rester au fait des bonnes pratiques de référencement naturel.
Alors quelles sont les fausses idées sur le SEO ? Décryptage !

Le SEO est inutile

Dans bon nombre d’entreprises, on considère le SEO comme superflu, qu’il  ne sert à rien ou pire encore que le simple fait d’être présent sur le web va permettre d’augmenter le chiffre d’affaires sans rien faire !

Or, le SEO est à un site web, ce que la communication traditionnelle est au magasin.

Ce qui veut dire que si vous possédez un site web et que vous ne le référencez pas dans les moteurs de recherche (Google principalement), il va faire office de décoration et ne vous apportera jamais rien.

Etre présent sur le web, c’est bien. Être visible, c’est mieux.

Le référencement du site web suffit juste au début

Pourquoi cette idée est complètement saugrenue :

  1. Le SEO n’est pas une science figée, l’algorithme de Google est en perpétuelle évolution.
    De nouveaux critères SEO font sans cesse leur apparition, rebattant toujours les cartes du jeu du référencement naturel.
  2. La concurrence toujours plus féroce fait qu’un site web bien placé en janvier ne le sera pas forcément en novembre. En effet, il y aura toujours un site fraîchement référencé pour vous piquer votre place.

D’où la nécessité de rester constamment informé et de travailler son référencement régulièrement :).

Le contenu de mon site n’est pas important

Eh bien si !
Car Google analyse les données de votre site et vous sanctionne si les données recueillies sont considérées comme inadaptées aux règles définies par le géant américain.

Google favorise les contenus qualitatifs, riches et variés (texte, images, vidéos, slides) qui mettent l’accent sur l’expérience utilisateur.
Et pour savoir tout est conforme, c’est le comportement des visiteurs sur votre site qui est passé au crible: taux de rebond, temps passé sur votre page, partages sur les réseaux sociaux …

SEO = backlinks en quantité

Il fut un temps où Google utilisait le nombre de backlinks comme critère principal pour le SEO. Plus vous aviez de liens pointant vers votre site, mieux vous étiez indexé. Le souci n°1 en termes de référencement était donc de disposer du plus grand nombre de liens, peu importe leur qualité.
Cette vérité est aujourd’hui obsolète.
Bien sûr, les backlinks jouent un rôle primordial, mais il faut savoir que les liens de mauvaise qualité sont susceptibles d’engendrer une baisse de positionnement.
En outre, trop de liens entrants ou sortants nuisent à l’expérience utilisateur de votre site.

Trop de liens tue le lien.

Le référencement naturel est rapide

Si vous vous demandez en combien de temps le référencement naturel devient efficace, sachez qu’il faut au minimum 1 an car les moteurs de recherche prennent principalement en compte l’ancienneté du nom de domaine et des pages du site web.

Selon une étude publiée par Ahrefs en février 2017, seuls 0,3 % des sites web qui ont moins d’un an se trouvent bien positionnés dans les SERP, et les sites les mieux classés ont au moins 3 ans d’existence.

Le référencement naturel c’est simple, je peux le faire moi-même

Et il n’y a qu’à passer un peu de temps sur les réseaux sociaux ou les plateformes de recrutement pour s’en rendre compte : le SEO est tendance.

Contrairement à l’idée reçue, le référencement naturel ne s’apprend pas en lisant des livres.
L’optimisation de sites web est un art assez complexe à manier. Il requiert beaucoup de savoir-faire, de curiosité, d’expérience, de contacts et d’heures de travail.

De plus, le référencement naturel demande une veille permanente puisque les exigences des moteurs de recherche changent régulièrement.

Je n’ai pas besoin des réseaux sociaux, mon site web suffit

La présence sur les réseaux sociaux ne vous permettra en effet pas grand chose, hormis :

  • Une nouvelle source de trafic
  • Vous rendre plus indépendant vis-à-vis des moteurs de recherche
  • Développer votre notoriété en incitant au partage
  • Augmenter vos backlinks (=liens retours)

Le HTTPS n’est pas indispensable

La présence du protocole HTTPS est un critère de pertinence pris en compte dans l’algorithme de Google.
Un site chiffré et sécurisé est donc mieux positionné dans les résultats de recherche du moteur.

Le mode HTTPS va être de plus en plus sanctionné en 2018, pensez donc à sécuriser votre site, surtout si vous vendez des produits !
Certains plug-in/modules de paiement ne sont pas non plus accessibles si vous ne possédez pas cet agrément de protection.

Autre paramètre non négligeable : le manque de confiance qu’un internaute peut ressentir face à un site non sécurisé.

Pas de HTTPS, pas de visibilité.

Les sites mobile-friendly sont inutiles

En 2018, l’usage mondial d’Internet tend à devenir plus important depuis les smartphones et les tablettes que depuis les ordinateurs fixes.
Or, souvenez-vous que Google privilégie l’expérience utilisateur.

Cela est d’autant plus vrai maintenant avec l’Index Mobile First, la nouvelle façon d’analyser un site web pour Google, en explorant la version mobile d’une page plutôt que la version desktop (=bureau).
Il vous est alors nécessaire d’avoir une version mobile de votre site si vous souhaitez être et rester visible sur la toile.

Le mobile, c’est la vie.

Le référencement naturel ne sert à rien face à Google Adwords et Google My Business

On entend souvent que le SEO ne peut rivaliser avec les campagnes publicitaires payantes de Google Adwords, parce que les annonces payantes sont publiées avant les sites qui utilisent le référencement naturel.

Une étude publiée par Advanced Web Ranking menée sur 465 000 requêtes et 5 000 sites web minimise l’impact du SEA :

  • Sans Adwords, le 1er résultat naturel affiche un taux de clic moyen de 25,7%
  • En présence d’Adwords, ce taux de clic chute d’un tiers, et n’est plus que de 17,9%
  • Adwords n’impactent pas le taux de clic sur les résultats naturels en position 2 à 9
  • En présence d’Adwords, le CTR des positions 6 à 10 est revu à la hausse

De plus, contrairement au référencement naturel, avec lequel le gain de visibilité est acquis sur le long terme, avec Google Adwords, celle-ci disparaît instantanément dès lors que les campagnes publicitaires sont stoppées.

Quant à Google My Business, il est un outil indispensable pour stimuler le référencement local et, par conséquent, booster la visibilité des structures qui gèrent une activité locale et possèdent une boutique.
Plutôt intéressant quand on sait que pas moins de 30% des recherches effectuées par les internautes sont des requêtes locales. Ainsi, grâce à Google My Business, votre visibilité sera augmentée sur Google, ce qui aura un effet positif sur le référencement naturel.

Ces deux outils de Google ne sont donc pas à voir comme des concurrents mais des compléments à votre référencement naturel !

Pourquoi Google Analytics est-il important ?

Vous l’aurez deviné, c’est la question du jour à laquelle je vais répondre :).

Oui, oui c’est bien ici que ça se passe pour le cours sur l’analyse des statistiques, vous ne vous êtes pas trompé(e) ou perdu(e) ^^ *

Effectivement, Google Analytics se révèle indispensable pour votre site web, et pas seulement pour tout savoir de votre audience !

Qu’est-ce que Google Analytics ?

Avant de décortiquer le logiciel et tout ce que vous pouvez en faire, définissons l’outil ! Sa première utilité concerne les webmasters (ceux qui s’occupent des sites web à plein temps) et leur permet d’avoir accès à des statistiques complètes, voire très poussées dans certains pays (les USA, par exemple) sur toute l’activité des internautes sur votre site web.

Rassurez-vous, le logiciel est également accessible à tout un chacun pour des données de base. Car si cet outil gratuit vous donne accès à un grand nombre d’informations, il vous faut apprendre à bien les trier pour ne garder que celles qui seront efficaces pour votre activité.

Voici les informations que va vous transmettre le logiciel.

Qui vient me rendre visite ?

Bien entendu, on ne peut pas passer à côté de cette étape à laquelle les systèmes innovants permettent désormais de répondre avec précision.
La mesure de votre audience vous procure la possibilité d’en savoir un peu plus sur la clientèle intéressée par vos produits / services. Ainsi, vous êtes en mesure de savoir si votre site attire plutôt des hommes ou des femmes, de connaître leur zone géographique (pays, régions, ville) et leur centre d’intérêts.

Ok, mais comment ces visiteurs atterrissent-ils sur mon site web ?

Très bonne question !

C’est ici qu’intervient la section Acquisition de Google Adwords qui va vous dire par quel biais les gens ont réussi à vous trouver. Cela s’appelle l’entonnoir de conversion. 

Une conversion peut désigner une prise de contact, un appel, une inscription à une newsletter ou un achat.

Les internautes disposent de 4 options  pour vous trouver :

  1. Taper directement le nom de votre site dans leur barre de recherche.
  2. Grâce au référencement naturel (SEO) suite à une requête.
  3. Les autres sites internet sur lesquels vous êtes référencés.
  4. Les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Instagram …

Une dernière façon est également disponible : Google Adwords. Il s’agit de publicités payantes permettant d’apparaître sur différents emplacements (Shopping, réseau de recherche, display, YouTube …)

Petit plus : Google Analytics vous permet d’ajouter d’autres sources de trafic, à paramétrer vous-même.

Et que font-ils sur mon site ?

  • Quelles sont les pages qui attirent le plus ?
  • Quelles sont celles qui ont le plus fort taux de rebond (=sortie du site) ?
  • Combien de temps les internautes restent-ils en moyenne sur le site web ?
  • Reviennent-ils sur le site plusieurs fois ?
  • Quel est le pourcentage de nouveaux visiteurs ?

Toutes ces réponses sont à votre disposition dans l’onglet dédié du logiciel.

C’est bien beau, mais à quoi me sert de savoir tout cela ?

Avec la collecte de toutes ces données, vous allez pouvoir  disposer d’informations sur votre clientèle et ainsi pouvoir adapter vos produits et / ou services à leurs attentes. De plus, vous allez pouvoir ajuster les pages de votre site en concentrant vos efforts sur les éléments qui sont les moins consultés et améliorer votre visibilité sur le web.

Google Analytics est un outil qui va vous servir à élaborer une stratégie marketing de qualité et véritablement centrée sur les besoins des clients

Comment mettre en place Google Analytics sur mon site web ?

Il est nécessaire, pour que vous puissiez avoir accès à des résultats, de mettre en place un code de suivi sur la totalité des pages de votre site pour lesquelles vous souhaitez un retour statistique.

Bonne nouvelle : CL Référencement propose cette prestation !

Quel bilan pour le SEO en 2017 ?

Que s’est-il passé dans l’univers du SEO chez Google en 2017 ?

C’est ce qu’a résumé en infographie le site Search Foresight.  Zoom mois par mois sur les tendances du référencement naturel !

  • Perte de places dans le classement Google pour les sites qui proposent du contenu avec pop-up et qui affichent un interstitiel.
  • Sécurité : les sites qui ne sont pas https sont indiqués comme « Not Secure ».
  • SERP : affichage du prix moyen des hôtels.
  • Applications : plus besoin de les télécharger, elles sont streamées sur le mobile.

  • Adwords : le n° de téléphone s’affiche automatiquement pour les extensions d’appels des annonces mobiles.
  • Recherche vocale : développement de Google Now.
  • Google Images : mise à jour de la manière de compter suite à une baisse de 10% du trafic.
  • Google Maps : fin du nombre d’avis minimum pour l’affichage de la note dans les fiches d’établissement.
  • Featured Snippets : ils sont présents à 14,9% sur les requêtes Google.

  • Annonces mobiles. Test de 5 extensions aux USA : extension de liens annexes, extension d’accroche, extension d’extrait de site, extension d’avis et extension de prix.
  • Extension de prix : elle est désormais disponible sur tous les appareils (tablette, smartphone et ordinateurs).
  • Rich Card en France : elles permettent d’augmenter les résultats visuels sur les smartphones avec une navigation plus fluide de gauche à droite.

  • Google Customers Reviews : il remplace l’ancien système d’avis pour les e-commerçants qui adhèrent au programme.
  • SERP : Google propose des vidéos en réponse directe avec un petit plus. Désormais, la vidéo peut démarrer dès le passage.
  • Project Owl : il s’agit d’un projet développé par Google dans le but de traquer les Fake News qui rôdent sur le net. Le principe est de proposer des formulaires aux internautes pour récolter leur avis et adapter les Quality Raters en fonction de ces données.

  • Google Jobs : il reprend les données d’acteurs du marché pour permettre aux internautes de trouver des annonces d’emploi. Il n’est pas encore disponible en France.
  • Google Shopping sur le réseau display : essai de Google qui le lance pour les sites premium dans la mode et la décoration intérieures.
  • Adwords : refonte de l’interface avec possibilité d’avoir accès à plus de graphiques et de croises des données.

  • Mise à jour de l’indexation Google : peu d’informations ont été indiquées à son sujet lors de sa mise en place.
  • Messenger de Facebook : le géant propose 3 types de formats publicitaires pour les professionnels (Messenger Ads, Click to Messenger et Sponsored Ads).
  • Google et la Commission Européenne : une menace d’amende de 2,4 milliards d’euros plane sur la société si elle ne change pas ses positions dans le domaine des comparateurs de prix. Le groupe est accusé d’abus de position dominante.

  • Google My Business : les pros possédant une page peuvent désormais publier des posts qui s’affichent directement dans les SERP.

  • Google Possum : ce filtre uniquement dédié à Google Maps est modifié pour laisser apparaître plus de résultats dans les recherches de proximité.

  • Google Adwords : transformation du suivi de conversions pour une meilleure prise en compte des conversions qui peuvent échapper à Google.

  • Index First Mobile : les premiers tests sont réalisés avec apparition de la balise title et meta description sur les mobiles.
  • Google Maps : un comparateur de prix pour les hôtels y est ajouté et procure la possibilité aux internautes de visualiser le tarif en un clin d’œil.

  • Shopping Ads : Google a édité un nouveau format, le carrousel de produits pour des requêtes génériques ayant l’achat comme intention. Uniquement disponible avec la dernière version d’Adwords.>

  • Search Console : Google teste sa nouvelle version. Entre autres nouveautés, il est possible de trouver un rapport sur l’indexation très détaillé des url prises en compte par Google ainsi que sur leur statut.

Retrouvez l’infographie du SEO complète ici .